Mon grand père était artiste peintre et j’adorais me faufiler dans son atelier… Lui, c’était la peinture à l’huile.

Moi, dès que j’ai découvert l’aquarelle et sa transparence, la liberté qu’elle offre quoique très capricieuse, j’ai été conquise…

J’aime partir peindre dans la campagne, m’attarder sur un sujet, les lumières les ombres… sous la surveillance zélée de mon beauceron…

Mon matériel d’extérieur… une des libertés qu’apporte la peinture à l’aquarelle est que l’on voyage léger!… est constitué d’un grand sac pour mon papier, palette, pinceaux, eau, essui-tout… et diverses choses …comme un couteau suisse, très utile !

Limitée par les dimensions du sac, j’emporte mes plus petits blocs de papier d’aquarelle 30X40…
Un chapeau de paille…de quoi grignoter pendant que le papier sèche…de l’essence de citronnelle contre les moustiques et diverses petites bestioles…!!!

Je n’aime pas être trop chargée car parfois je marche longtemps avant de trouver l’endroit…le sujet…l’envie…ou, simplement, le plaisir de découvrir…regarder mon chien éberlué en apercevant un chevreuil…!!!

J’aime aussi peindre dans la partie de la maison que j’ai aménagée en atelier… entourée de mes livres, de mes plantes… ma musique… Toujours sous le regard bienveillant de mon chien..C’est important de s’installer là où on se sent bien, ou la lumière est bonne…ou, les soirs d’hiver et la nuit, une lampe « daylight » tente de reproduire la lumière du jour !

Caroline Blanot